RESPIRER 2

La respiration outil de transformation ?

3 semaines sans manger – 3 jours sans boire – 3 minutes sans respirer !

Notre respiration un bien précieux !

Nous pouvons arrêter de boire un jour, nous pouvons nous passer de nous alimenter plusieurs jours, sommes nous capables d’arrêter notre #respiration 3 ou 4 minutes ? Qu’est ce qui nous pousse à négliger ce formidable fournisseur d’énergie ?

Harcelés par nos modes de vies occidentaux et notre sur-activité quotidienne, sur-sollicités par les sms, les mails, les notifications, le téléphone, nous omettons depuis toujours qu’une bonne qualité de respiration est indispensable à notre bon équilibre. Nous inhalons en moyenne 12000 à 15000 litres d’air chaque jour. De cette quantité d’air dépend un ensemble de processus du corps que nous ne mesurons pas mais qui sont pourtant essentiels. Chaque échange d’air (inspir/expir), comprend environ 50 cl d’air. Lorsque nous sommes #stressés, ces chiffres diminuent de moitié ou presque : on échange alors seulement 30 cl d’air. En savoir plus Il faut bien comprendre que cette diminution significative a des conséquences. Non seulement parce qu’elle est causée par le stress, mais en plus parce qu’elle force les organes sous-alimentés en oxygène et en énergie, à « forcer » pour compenser. De plus, le stress augmente le rythme cardiaque et provoque une production d’hormone importante inutile qui intoxique le sang.. Il sera la première cause de maladies dans 10 ans. Le pire c’est que le stress nous coupe la respiration. Ne dit on pas « j’ai le souffle coupé » lorsque nous sommes soumis à un stress intense

 

Paradoxalement, respirer n’a plus de sens.

 

Dans les quelques mois qui suivent notre naissance, cet acte ultra simple et répétitif devient rapidement inconscient. Trop souvent conditionnés par la culture de la performance et du résultat dans tous les domaines nous agissons alors comme des robots.

Les seuls périodes où nous entendons notre corps c’est lorsqu’il subit les conséquences de nos choix inconscients. Maux de tête, tensions, maux de dos, lombalgie, torticolis. Lorsque le stress nous rend nerveux, agressifs, abattus, notre corps nous rappelle qu’il souhaite que l’on s’occupe de lui.

Nous sommes un peu masochistes… Au delà de la simple respiration, nous avons été entretenus dans une culture de la douleur : « souffrir pour être beau (ou belle) », « il faut en baver pour réussir », « la vie est un combat » etc… Stop !

D’autres expressions sont très connues et beaucoup plus optimistes.

Par les thèmes dont elles traitent, elles sont extrêmement révélatrices de l’influence de l’air et de notre respiration sur nos comportements : « Être gonflé à bloc », « Ne pas manquer d’air », « Être inspiré », « Prendre un bol d’air »..

 

Ailleurs qu’en occident, la respiration est fondamentale.

 

Si nous mêmes en tant que parents nous montrions l’importance de la respiration, de la relaxation, du yoga, de la méditation quel cadeaux pour nos enfants ! En Inde le prana https://fr.wikipedia.org/wiki/Prana est une technique de respiration, en Chine on parle de l’énergie du chi https://fr.wikipedia.org/wiki/Qi_(spiritualit%C3%A9) qui repose sur le souffle vital.

 

Quoi faire si l’on souhaite s’entraîner à mieux respirer ?

 

Il est toujours possible de s’exercer au quotidien à respirer consciemment

SPIRITUALITY

Recentrer sur soi

pour retrouver la sérénité le temps d’un instant. Cela permet de se recentrer sur soi, de chasser progressivement les pensées négatives compulsives de retrouver ses valeurs et peut-être même sa raison d’être.

La cohérence cardiaque ci-dessous est un excellent exercice pour se poser, déstresser, respirer en conscience.

Les bénéfices :

  • puissant outil anti-sress,
  • diminue l’impact des émotions négatives,
  • réoxygène le sang,
  • renforce les défenses immunitaires,
  • aide à s’endormir…

 

Stéphane Dabas
Dirigeant BETOOHAV
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *